Sur scène : Caballero & JeanJass - airtvmusic.be

Le 16 mai dernier au Botanique, dans l’enceinte du chapiteau, Caballero et JeanJass ouvraient les hostilités de cette soirée hip-hop tant attendu par l’immense foule qu’on pouvait apercevoir. Les deux rappeurs étaient enveloppés par cette dégaine “peace” qui caractérise leurs attitudes. A 19 heures, ils faisaient irruption sur la scène. Sous un tonnerre d’applaudissement et un vacarme assourdissant, nous voilà partis pour une heure de show. Une heure de real hip-hop.

L’ambiance est lourde et le public attentif. Caballero déverse les premières rimes, quelle bouffée de plaisir. Sa voix résonne dans le chapiteau et dans la foule, les têtes oscillent du haut vers le bas. A son tour, JeanJass se lance. Le flow est précis, la technique impressionnante. Leur particularité : ces jeux de mots intenses en subtilité dont le double sens soumet à l’effort de compréhension. La trap music devenu leur style de prédilection, il faut leur reconnaître un flow attractif, chill, très adapté aux différentes nuances et vibrations. Les refrains et les bridges, souvent chantées, attisent cette douceur de plus en plus présente dans le rap. On parvient clairement à remarquer à quel point les deux rappeurs se complaisent; se complètent.

De la gauche vers la droite de la scène, les allers-retours se succèdent. Ils se font des passes : à l’un les lyrics, à l’autre les bacs et ça coule et ça coule. Les titres tels que “Merci Beaucoup“, “Yessaï” ou “Repeat” (final) sont accueillis avec ferveur. Le public reprend en chœur les lyrics les plus marquant (les punchlines). De plus, les artistes vont interpréter en soliste un morceau. Ce sera “Mes jambes” pour Jean Jass et “Pharaon blanc” pour Caballero.

Pour finir, les promesses et engagements ont été tenus. Ce qui était attendu comme un rassemblement culturel de qualité c’est produit. Autour de moi, des mines satisfaites. Nul doute que l’EP a suscité une intime attention et un véritable intérêt. Vivement la prochaine date, pour une fois de plus savourer le vent lyrique que déferle ce “Double Hélice“.

Nick-Olivier T

23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.