Azerty, à l'orée du bois avec Jalhay

Dès les premières notes de Jalhay, on se l’imagine : cette cabane au fond des bois, où les mains se  réchauffent autour d’un feu qui crépite, alors que, dehors, le vent fait craquer les branches. Ce n’est pas uniquement une question de style, mais aussi de sonorités. Des cordes pincées si proches qu’on pourrait presque les toucher. Des voix et des harmonies rassurantes. Tout à coup, les Fagnes sont nos voisines et Jalhay n’est plus seulement une petite commune de la province de Liège, mais aussi le début de l’épopée d’Azerty.

C’est à l’université que Pierre Leroy rencontre Arnaud Clément, il y a près de quatre ans. Très vite, le duo se forge autour d’une passion commune pour la musique. Ils participent au concours Imagine et se retrouvent en finale belge, ce qui leur vaudra de jouer au Studio 4 à Flagey ainsi qu’à l’Orangerie, au Botanique. L’histoire se poursuit avec une première démo home made distribuée à gauche à droite, qui les mène jusqu’au concours Tremplin du Verdur Rock en 2013. Ils finissent en troisième position et accumulent les lives.

Après la scène vient l’envie d’enregistrer. Pour ce faire, le duo est bien entouré. Boris Gronemberger (Girls in Hawaii, V.O., Castus), producteur de l’EP, les prend sous son aile et les aide dans les arrangements. Les talentueuses Aurélie Muller et Catherine De Biasio (Blondy Brownie) y ajoutent leur touche avec des chœurs cristallins. Ils sont également rejoints par le trompettiste Ludovic Bouteligier (Major Deluxe, V.O.), troisième mousquetaire du groupe qui se considère aujourd’hui comme un trio. Le tout est enregistré et mixé par Tommy Desmedt (Bruxelles Ma Belle, Noa Moon, The Tellers…). Résultat : six titres bien ficelés, recherchés et subtiles, avec un coup de cœur personnel pour « Drunk Frans » au chant fédérateur et optimiste. Des mélodies apaisantes qui rappellent celles des norvégiens de Kings Of Convenience ou encore des icônes de Simon & Garfunkel.

L’EP est enregistré dans les Fagnes, dans la maison qui figure en couverture. Un chalet chaleureux et bucolique situé à Jalhay, commune de Liège qui était sortie de l’anonymat début 2014, lorsqu’une statue de la Vierge s’était mise à briller dans la cuisine d’un couple de pensionnés. Un « miracle » rapidement résolu par les scientifiques, mais suffisant pour donner un terreau propice à la création d’un projet mystique comme celui d’Azerty.

Récemment revenu d’une tournée franco-suisse en première partie des Girls in Hawaii, le trio est désormais prêt à présenter son nouvel EP, le 30 janvier prochain à la Chapelle de Boondael.

Plus d’infos :

Jalhay est disponible sur Spotify, Itunes, ainsi qu’en vente après leurs concerts.

Par Maria-Laetitia Mattern

Facebook


04