Artiste à la une : Lomepal - airtvmusic.be

“Impossible de voir Lomepal sombrer. Ai-je été assez clair ?” Cette citation du titre “Cette foutue perle” de Lomepal est la parfaite illustration du génie qui l’habite. Un rap unique, nouveau, moderne. Des textes pertinents, des instrus magistrales, des clips propres et séduisants. Sa majesté Lomepal n’a pas finit de nous ébahir.

Antoine de son prénom, le plus belges des rappeurs français montre une maturité sans pareil. Sa plume commence à s’affûter en 2009. C’est le début d’une ascension fulgurante qui le mène au trône sur lequel Lomepal siège aujourd’hui. 20 mesures, 5 titres. Avec l’aide de DJ Lumi et Walter, Lomepal chill et nous régale avec ce premier EP construit très intelligemment jusqu’aux titres des pistes ( Singe de rue – Bien que j’lutte – Plein d’refus – Dingues, Jeux, Brutes – Rien de plus).

Peu de temps après, il rencontre l’ami Caballero avec lequel il va enregistrer un EP 10 titres (12 dans la version bonus), entièrement produit par Hologram Lo’. Le singe fume sa Cigarette c’est que du bonheur. L’association des deux rappeurs est une réelle jouissance auditive. Encore une fois, pas de faux pas, tout est juste. A l’image de l’interlude “Tu sais très bien“, on sent tout le plaisir qu’ils ont pris à faire cet EP.

Dans le même temps, jamais rassasié, Lomepal a un projet avec Walter intitulé 22H-06H. On pourrait le qualifier de participatif tant il y a de bons featuring dans cette mixtape. Comme le dit le titre, le travail a été effectué principalement de nuit, peut être pour stimuler la créativité. Quoi qu’il en soit, c’est encore une fois pour notre plus grand bonheur.

Retour à la carrière solo en 2013 avec Cette foutue perle. Lomepal étant toujours bien entouré, l’EP sera produit par Meyso et on retrouvera les participations de EspiiemL’Essayiste, Jean Jass et Vidji sur certains titres. Jamais seul l’homme-pâle. Encore une preuve de son art , on retrouve un EP travaillé de A à Z. Les titres eux-même le sont évidemment, mais également leur cohérence, leur enchaînement… Retour à une pratique qui se perd de plus en plus. Lomepal est un bosseur, et ça s’entend.

Le premier EP du diptyque Seigneur illustre les dernières marches que Lomepal a monté avant de s’asseoir sur son trône. La deuxième partie est sortie il y a quelques mois, Majesté, c’est la consécration. On est arrivé à quelque chose de plus sombre où Lomepal oscille entre égotrip et prise de conscience. C’est fait avec brio.

On espère bientôt voir un nouveau projet éclore, l’idée a été émise que le singe fume sorte un volume deux… On signe direct !

Si tu lis cet article Antoine, fais une bise au vieux Gildas de notre part.

Gauth.

Facebook

01