Le duo atypique liégeois Le Prince Harry nous propose son nouvel album “Synthetic love”.

Le Prince Harry est un groupe liégeois formé en 2006. S’agit-il de punk, d’électro ou autre ? Difficile à définir ! D’autant qu’à l’origine, eux-mêmes ne savaient pas vers où ils allaient : passant d’un band rock garage à un projet sur ordi pour terminer en trio durant plusieurs années, leurs morceaux ont toujours été de natures très différentes. Ils nous proposent des sonorités punk, garage, electro … en privilégiant le synthé, qui représente un élément clef de leur univers.

Au commencement, ils sortent une démo mixée par “Colonel Bastard” des Experimental Tropic Blues band et puis s’en suivent des cd et vinyles en veux-tu en voilà sortis sous différents labels (PLIN TUB’, KOKO Records, Rockerill Records, Born Bad…). Sans compter les nombreuses tournées en Belgique, en France, en Suisse, aux Pays-Bas, … et j’en passe.

Silencieux pendant une longue période suite à de nombreuses mésaventures, on a bien cru ne plus les revoir. Leur disque dur, plein à craquer de nouveaux morceaux qui représentaient des heures et des heures de travail, a rendu l’âme. Leur batteur, considéré comme irremplaçable, a ensuite quitté le groupe. Surmontant ces difficultés, ils décident de continuer en duo accompagnés de leur boîte à rythme analogique. Et ils sont complètement ravis du résultat ! C’est donc un nouveau départ pour Lio (chant, guitare et claviers) et Snon (basse, claviers, machines) qui découvrent toutes les possibilités de leur nouvelle machine, aussi perçue comme une opportunité de se renouveler.

Groupe totalement autonome, Le Prince Harry compose, enregistre, mixe ses morceaux, booke ses concerts…. et 2016 leur sourit : le duo sort un très bon “split” avec Duchess Says chez Teenage Menopause composé de 4 titres, sans compter les nombreux lives. En mai 2017, apparait dans les bacs leur nouvel album, “Synthetic Love“, chez Teenage Menopause Records (Paris/Bruxelles) en collaboration avec le Rockerill Records (Charleroi). Il est composé de 11 titres qui envoient comme d’hab’ du lourd, c’est-à-dire beaucoup de puissance dans les riffs de guitare notamment, une cadence bien rapide et des hymnes synth-punk. Leur pochette est signée Elzo Durt, graphiste et illustrateur bruxellois, qui a également imaginé celles d’autres artistes comme La Femme ou encore JC Satan.

Le duo ne dévoile pas d’influences musicales précises : musiciens éclectiques, leur style se développe en fonction des découvertes musicales qu’ils apprécient et qui les inspirent. Leur force est sans doute cette liberté qu’on retrouve dans leurs compositions : pas de ligne de conduite précise, juste du “Le Prince Harry” pur jus, libre et déjanté qui forge leur identité, que ce soit à travers leurs textes, la recherche des sons, dans leurs clips, sur leurs images et même dans leurs interviews !

Une certitude : le duo s’éclate sur scène. Et ils nous éclatent ! Passant tantôt du punk, tantôt de la techno, impossible de rester indifférent devant Le Prince Harry qui dégage de l’énergie à revendre. Leur adoration pour la musique se ressent sur scène. Ils ont aussi cet esprit contestataire qui les pousse à délivrer des messages : par exemple à Dour, le jour de l’investiture du Roi Philippe, Lio a brûlé un drapeau belge pour dénoncer les agissements de la Belgique, relatifs notamment à la vente d’armes aux pays sous régime autoritaire. Ils encouragent les citoyens à se mobiliser pour faire bouger les choses.

Prochaines dates de concerts :

  • 14.07.17 Dour Festival – Dour
  • 21.07.17 MU Festival – Paris (France)
  • 15.09.17 Hop Hop Hop Festival – Orléans (France)

Site Officiel | Facebook

01

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *